Les prémices du mobile-gaming

Avec l’arrivée des premiers téléphones portables grand public dès la fin des années 90, certains jeux ont d’abord timidement vu le jour en tant que simples applications directement intégrées à l’appareil. On peut évidemment citer le célèbre Nokia 3310 et son incontournable « Snake », jeu minimaliste dépourvu de couleurs mais pourtant déjà terriblement addictif. A ce stade, les jeux mobiles n’étaient alors qu’un simple passe-temps, bien loin de concurrencer l’expérience de jeu proposée par les consoles portables. En 2003, bien décidé à s’imposer sur le marché du jeu « nomade », Nokia lance alors un nouveau téléphone au format horizontal et aux allures de console portable : la N-Gage. Malgré la qualité indéniable du produit et un solide catalogue de jeux, le téléphone subira un échec commercial important. Cette période verra apparaître de nouveaux studios de jeux, entièrement dédiés au jeu mobile… dont un certain Gameloft. L’apparition des connexions mobiles permettra alors d’assister à la naissance des premiers jeux payants téléchargeables.

 

1

Snake sur Nokia 3310 : les prémices du mobile-gaming

 

Les smartphones prennent le pouvoir

Le mobile gaming va connaître un tournant significatif dès 2007 avec la démocratisation des smartphones, puis l’apparition des tablettes tactiles. La puissance croissante de ces appareils et l’apparition des applications vont permettre d’outrepasser les limites techniques rencontrées par les développeurs sur les anciens téléphones mobiles et ainsi, de proposer une expérience de jeu de plus en plus proche de celles des consoles portables traditionnelles. Les périphériques mobiles sont donc devenus des plateformes de jeu vidéo à part entière à la croissance vertigineuse : les chiffres publiés par Newzoo démontrent qu’en 2016, les parts de marché du jeu vidéo mobile s’élèvent à plus de 37%, dépassant désormais le PC (27%) et les consoles (29%). Cette hégémonie semble se confirmer et pourrait bousculer durablement les acteurs historiques du monde vidéoludique.

 

Un nouveau business-model

Si au départ beaucoup de jeux mobiles étaient payants avant même le téléchargement de l’application, un nouveau modèle économique s’est rapidement imposé comme incontournable : le free-to-play. Avec ce modèle, les jeux complets sont disponibles gratuitement (ou pour un prix dérisoire), cependant il se révèle rapidement nécessaire d’acquérir des bonus payants aussi appelés achats « in-app » sous peine d’avancer très lentement, soit parfois même de ne plus pouvoir continuer à jouer.  L’un des symboles de la réussite de ce modèle économique est le très célèbre Candy Crush, ce jeu au mécanisme pourtant basique s’est hissé en tête des téléchargements durant de nombreux mois et a ainsi engrangé près de 900 000 dollars par jour. Le studio à l’origine de ce best-seller a d’ailleurs été récemment racheté par Activision Blizzard, géant du jeu vidéo, pour la somme incroyable de 5,9 milliards de dollars. Malgré ces recettes vertigineuses, il est établi que seulement 5 à 10% des utilisateurs succombent à l’achat in-app, il est donc indispensable de posséder un mécanisme de jeu addictif et une très forte communauté de joueurs afin que ce modèle soit rentable, sachant le risque représenté par les coûts de développement investis en amont.

 

2

Les achats in-app, incontournables du jeu mobile.

 

Un support convoité

Le succès du mobile-gaming n’a bien évidemment pas échappé aux géants du jeu vidéo, surpris de voir leurs plateformes de jeu détrônées si rapidement. C’est ainsi que plusieurs célèbres licences de Nintendo ont décidé d’envahir Google Play et l’Apple Store : à commencer par le raz-de-marée Pokémon GO qui a monopolisé le sommet des téléchargements d’application durant plusieurs semaines avant de quelque peu s’essouffler. L’impact a largement dépassé l’engouement suscité par les grosses sorties de jeux sur plateformes classiques et a ainsi démontré la puissance et la capacité d’innovation permise par les appareils mobiles. Surfant sur cette tendance, Mario le célèbre plombier égérie de Nintendo fera son apparition sur l’Apple Store dès le 15 décembre 2016 dans un jeu inédit spécialement conçu pour smartphones et tablettes. Cet exemple montre bien que les géants du jeu vidéo ont pris conscience de l’importance du support mobile et comptent bien s’y offrir une place de choix. Le phénomène semble aujourd’hui loin de s’essouffler et l’avenir du mobile-gaming s’annonce plus que jamais radieux.